Ce rayon se trouve actuellement en réassort et sera très bientôt disponible.Merci
Ce rayon se trouve actuellement en réassort et sera très bientôt disponible.Merci
Ce rayon se trouve actuellement en réassort et sera très bientôt disponible.Merci
Ce rayon se trouve actuellement en réassort et sera très bientôt disponible.Merci




 

Newsletter



POURQUOI L'AROMATHERAPIE POUR LES CHIENS ?

« Les plantes sont les compagnons de vie de l’animal au quotidien. Ce binôme formé par le règne animal et le règne végétal est indissociable, et sa rupture causerait la perte d’une bonne part des espèces animales vivant sur terre.

Certaines plantes sauvages représentent une pharmacie ambulante vers laquelle les animaux sauvages se dirigent d’instinct dès que l’un ou l’autre désordre métabolique nécessite une purge ou un remède particulier. A cet instant, antilope, jaguar ou hyène adaptent temporairement un régime alimentaire commun, composé de plantes et d’herbes aromatiques ou non, qui les aideront à retrouver l’équilibre métabolique nécessaire à leur survie.

Ce comportement instinctif des animaux sauvages est maintenant étudié et exploité par l’homme à des fins thérapeutiques. Ainsi des zoopharmacologistes se sont aperçus que des chimpanzés, habituels résidents des hautes branches de la forêt, n’hésitent pas à descendre dans les plaines et à s’exposer aux prédateurs afin de s’approvisionner en plantes du genre Asprillia, qui renferment de puissants actifs vermifuges.

Au Burkina Faso, les chasseurs indigènes ont observé que les blessures encourues lors de combats d’antilopes semblaient cicatriser très rapidement. Ils ont alors volontairement blessé légèrement certains animaux puis les ont suivi afin de découvrir les plantes que les animaux venaient piétiner avant de se frotter contre leur jus, dont la récolte a effectivement révélé des propriétés antiseptiques et cicatrisantes insoupçonnées. Une vraie rencontre entre la zoopharmacologie et l’ethnobotanique !

Bien avant l’homme, l’animal herbivore puis carnivore a fait des plantes le socle inamovible de sa thérapeutique. Les millions d’années et la diversification du règne végétal n’ont fait qu’encrer plus encore cette propension qu’a l’animal de se soigner intuitivement par les plantes. Faute d’enseignement systématique, c’est l’instinct qui guide l’animal sauvage vers le végétal – fût-il aromatique – qui va lui procurer l’apaisement métabolique qu’il recherche.

L’animal domestique a perdu beaucoup de cette aptitude de recherche de l’auto-guérison par les plantes. Mais l’instinct n’est pas mort et incite toujours le chien malade à grignoter des herbes du jardin ou dans un parc public, même s’il n’en retire pas le bienfait escompté faute de disponibilité de « bonnes » plantes.

De tout temps, l’éleveur sédentaire a privilégié le végétal pour soigner ses troupeaux. L’histoire ne cesse de relater des recettes incluant plantes sèches, tisanes, décoctions, bouillons de plantes, fumigations….pour venir à bout des diverses sortes de vermines s’attaquant au bétail. Beaucoup de ces plantes sont des aromates ou des plantes aromatiques (fenouil, artichaut, thym, sarriette, ail, girofle, coriandre, anis, lavande…) et les paysans qui en faisaient usage ont d’une certaine manière anticipée de manière intuitive et empirique l’avènement de l’aromathérapie vétérinaire.

En France, les premières traces « modernes » importantes d’utilisation d’extraits concentrés de plantes remontent au 18ème siècle, où les vétérinaires de l’Ecole de Cavalerie Française préconisaient l’administration de potions à base de plantes pour soigner les chevaux. De telles potions ont été consignées dans d’importants ouvrages démontrant par là les succès thérapeutiques enregistrés à l’époque.

Plus près de nous il est clair que deux des pères de l’aromathérapie moderne, Gattefossé et Sévelinge ne se sont pas bornés à tester leurs huiles essentielles sur les humains et ont pu également apprécier les résultats de leurs recherches sur des modèles animaux.

Enfin, depuis une vingtaine d’années ont fleuri des dizaines de spécialités vétérinaires composées exclusivement d’extraits végétaux aromatiques. Ceux-ci sont souvent consacrés à la prévention active ou au soin de pathologies des animaux de rente. En effet, les nombreuses résistances acquises envers les molécules de synthèse et la découverte des propriétés anabolisantes mais aussi des conséquences tératologiques de spécialités pharmaceutiques ont restreint considérablement l’arsenal thérapeutique disponible pour soigner efficacement certaines pathologies sévères.

La mise au point de solutions alternatives efficaces à bases d’huiles essentielles ne fait que rendre aux drogues végétales la place qu’elles auraient dû garder à l’avant plan des stratégies thérapeutiques vétérinaires.

Néanmoins, il ne s’agit pas de faire une guerre totale entre le tout naturel et le tout synthétique mais bien au-delà, de faire accepter cette complémentarité salutaire entre ces approches bien moins opposées qu’elles n’en ont l’air…et ce, pour le plus grand bien de l’animal et donc de l’Homme. »

· F.Baudry ; Docteur en Pharmacie, Dipl.équ.Médecine Vétérinaire/ P.Debauche ; Docteur en Sciences zoologiques/ D.Baudoux ; Pharmacien aromatologue. Extrait de « Les cahiers pratiques d’aromathérapie selon l’école française. Vol.3, Vétérinaire. Collection « L’aromathérapie professionnellement ». Editions Inspir S.A. Luxembours. Janvier 2004

Comment soigner votre 
chien avec des Huiles Essentielles BIOtty DOC


   Guide pratique d'Aromathérapie   21.05 EUR


www.biottyphoods.com

 

 

55 rue Rosa Bonheur – 33000 Bordeaux – France

Tél : (33) 05.57.14.08.05 – 06.29.63.53.30

Email :
pc.biothys@orange.fr

Siret 501284178 – La Banque Postale centre financier de bordeaux
– RIB 20041 01001 1602805Y022 36
IBAN FR66 2004 1010 0116 0280 5Y02 236

 

Panier  

(vide)










             
. En savoir plus          . Conditions générales de vente            . Contact         . Création de site        . Facebook            . Twitter